P1060580

Un peu avant mon départ, je vous avais parlé du livre L'équilibre du monde (VO : A fine Balance) un pavé de 700 pages de Rohinton Mistry. Après avoir tout juste achevé un autre pavé, j’ai décidé de vous en parler ici en espérant que cela donnera l’envie à quelques uns d’entre vous.

Le livre en question s’appelle Un garçon convenable (VO  A suitable boy) de Vikram Seth, un auteur indien écrivant en anglais. Au début de mon séjour en Inde, j’avais lu Le lac du ciel, un carnet de voyage dans lequel Vikram Seth racontait ses pérégrinations alors qu’il était étudiant dans la Chine des années 80. J’avais adoré et cela m’avait donné envie de découvrir ses autres livres. Je me suis donc attaqué à Un garçon convenable, un pavé de 1400 pages qui m’a demandé plusieurs mois pour en venir à bout (j’ai du le laisser plusieurs fois de côté avant de partir en excursion parce qu’il ne rentrait pas dans mon sac !).

Sous prétexte de raconter la quête de Rupa Mehra  d' un « garçon convenable » pour sa fille Lata, l’auteur nous plonge dans l’Inde des années 50 et nous fait suivre les destins croisés de quatre familles issues de la haute société indienne. Au fil des pages, Vikram Seth nous donne l’opportunité d’investir le monde politique post indépendance, d’apercevoir le monde des artistes, de découvrir les rites religieux de l’hindouisme et d’être le témoin de la vie de familles parfois unies, parfois déchirées.

Si je dois avouer que le livre m’est parfois un peu tombé des mains lors de ma lecture (ce qui peut paraître normal pour un livre de 1400 pages !), je dois dire qu’il présente l’avantage de donner un formidable aperçu de la société indienne. Vikram Seth parvient à décrire son pays, ses traditions, ses croyances tout en mettant en lumière les défis que l’Inde a eu à gérer depuis son indépendance.  Enfin, le livre a beau se passer dans les années 50, les histoires qu’il raconte sont modernes et nous éclairent sur le présent : il m’a donné plusieurs clés pour comprendre un peu mieux le pays dans lequel je vis et en ce sens, je ne regrette pas de l’avoir lu !